Accueil
Irlande
Tourisme
Hébergement
Infos pratiques
Voyager vers l'Irlande
Meteo
Lacs
Rivières
Pêche
Pike & Coarse fishing
Trout & Salmon fishing
Séjours
Galeries photos
Liens

 

vers page précédente

Le Catch & Release (attraper et relâcher) est avant tout un état d'esprit pour tout pêcheur moderne se considérant comme un acteur à part entière dans l'avenir des pêches de demain. Surtout n'allez pas imaginer que cette pratique aujourd'hui de plus en plus en vogue, reflète un certain snobisme apporté par les moucheurs ! Nos voisins anglo-saxons connaissent parfaitement le sens de ces mots qu'ils appliquent dès leur plus jeune âge lors de leurs parties de pêche, ce qui explique sans doute la relative abondance de poissons que comptent leurs rivières et autres plans d'eau.

 

release                           

Bien entendu le Catch & Release ne doit être pratiqué que si vos prises sont en bonne santé ; il est tout à fait inutile de remettre à l'eau un poisson en mauvaise santé pour cause de dommages subis lors de sa capture ou pour des raisons de toute autre nature. Je vous conseille de ne pas faire trop durer la bataille avec votre poisson afin de lui éviter un épuisement et par conséquent une accumulation d'acides lactiques dans son corps, qui deviendraient néfastes pour sa survie ; essayez également d'utiliser des hameçons avec ardillons écrasés (qui constituent en quelque sorte des micro ardillons) pour permettre un décrochage plus facile et ainsi éviter d'arracher des chairs qui compromettraient les chances de survie de votre adversaire. 

Voyons en 3 étapes, une description personnelle du Catch & Release...

Dans un premier temps, nous avons l'action de pêche : la touche suivie du combat avec le grand prédateur (en pensant bien entendu au brochet irlandais) ou cette remarquable truite brune de lac, puis la prise à la main pour les puristes, ou la mise à l'épuisette pour les plus prudents...... c'est ce que l'on nomme le Catch qui vous laisse souvent des souvenirs inoubliables.

brochet irlande

                                                               

Une fois votre capture dans le bateau ou sur la berge, arrive ce moment où vous éprouvez une certaine satisfaction d'avoir pêché ce joli poisson, mais avant d'en arriver à l'instant de la photo, vous devez encore lui retirer le leurre ou l'hameçon. Dans le cas ou cet hameçon serait piqué profondément dans les organes de votre poisson, surtout n'essayez pas de le retirer, contentez-vous de couper le fil dans la gueule du prédateur ; en général les sucs gastriques arrivent à dissoudre progressivement l'hameçon pour peu qu'il ne soit pas en acier inoxydable.  Une fois ce délicat moment passé, il est grand temps d'immortaliser l'événement par une photo ou encore une vidéo que vous montrerez avec fierté à vos amis lors de votre retour dans votre pays.

           

Vous avez pris votre photo et manipulé ce poisson avec précaution et respect. A présent il est grand temps de rendre sa liberté à votre fier combattant qui vous a procuré tant de plaisir,  c'est le temps du Release qui se déroule presque toujours de la même façon, tel un rite : vous le déposez délicatement dans l'eau la tête face au courant si vous êtes sur une rivière, et vous le ré-oxygénez en faisant des vas en viens, et tout à coup, par une envie de prendre le large, il vous fait comprendre qu'il est prêt à rejoindre son milieu et ses semblables.

catch & release

Si aujourd'hui vous n'avez pas encore cet état d'esprit, essayez donc d'adhérer à cette pratique et vous en sortirez grandis !!!     j'y suis bien arrivé, alors pourquoi pas vous ?     ... suivez mon récit ci-dessous afin de mieux comprendre.

                                                                       

 

Anecdote : Lors de mes premières années de pêche, mon entourage m'avait appris avant tout à prélever et conserver tous les poissons qui faisaient la taille réglementaire afin de les consommer ou de les offrir à des voisins ou amis, ce que je mettais tout naturellement en pratique (la législation m'y autorisant), tout fier de montrer mes prises, et cherchant peut-être ainsi à démontrer que moi aussi je savais pêcher tout comme quelques uns de mes aînés qui étaient souvent cités en exemple.

Les années passèrent et je commençais, comme bien d'autres gars, à pester qu'il y avait une diminution du nombre de poissons sur nos étangs, que la société de pêche locale ferait bien d'en réintroduire rapidement afin que tous les pêcheurs puissent en prendre au moins pour le montant de leur permis de pêche (amortir le montant du permis de pêche faisait partie de ma mentalité à cette époque), de plus les appels des carpistes qui prônaient déjà le "no kill", me révoltaient quelque peux (de quoi venaient-ils donc se mêler ceux-là)...

Vinrent ensuite mes premiers séjours en Irlande et les échanges avec des gens qui savent préserver leur cheptel piscicole (ça leur rapporte également des pêcheurs "touristes" de toutes nationalités qui font tourner leurs commerces, hébergements et locations de bateaux, donc toute une économie non négligeable qui génère aussi des emplois saisonniers ou à temps complet). Mon hébergeur de l'époque m'a fait comprendre la nécessité de relâcher les poissons, même (et surtout) s'ils sont de belle taille, sans s'interdire de consommer une pièce plus modeste lors d'un séjour. Une belle photo est bien plus agréable à regarder qu'une tête de poisson accrochée sur un morceau de bois, de plus ce brochet qui vous a procuré tant de plaisir lors du combat, (que vous avez soigneusement manipulé avant de le remettre à l'eau), mérite de retrouver sa liberté, il fera sans doute rapidement le bonheur d'un autre pêcheur et pourquoi pas le votre lors d'un prochain séjour alors qu'il aura pris quelques centimètres et kilos de plus !!!

 

vers page précédente

 

horizontal rule