Accueil
Irlande
Tourisme
Hébergement
Infos pratiques
Voyager vers l'Irlande
Meteo
Lacs
Rivières
Pêche
Pike & Coarse fishing
Trout & Salmon fishing
Séjours
Galeries photos
Liens

Lough Mask... Oh Yeahhhh !

 

vers page séjours

En octobre 2010, nous étions 3 a venir pêcher sur la rive Est de cet autre grand lac de l'Ouest. Cette fois nous revenons à 5 pêcheurs sur la rive opposée, plus propice à la recherche de la truite et, si possible, de la grosse.

Après 5 heures de route depuis le port ferry de Cork (Ringaskiddy), et un passage dans un magasin de pêche à Westport, nous intégrons notre magnifique hébergement d'où nous pouvons déjà contempler le lac et nous faire une vague idée des endroits où nous allons évoluer tout au long de cette semaine qui, d'après les pêcheurs locaux, devrait être très favorable à la recherche de la truite aux leurres...

       

Dès le lendemain (dimanche), les équipages sont rapidement constitués, et nous prenons la direction des zones à prospecter que nous a indiqué notre hébergeur et guide de pêche, dans le but de piquer quelques belles truites. Nous avons également compris qu'il nous conseille d'aller là où il préconise, afin de ne pas massacrer les moteurs dans d'autres endroits où les roches abondent à fleur d'eau, ou juste à proximité de la surface. Le jour de notre arrivée, il nous a fait un plan d'une grande zone, et nous a donné quelques conseils...

       

A environ 150 mètres de la rive (distance préconisée par notre guide), mon sondeur tout neuf m'indique des profondeurs de 20 à 30 mètres et une présence vraiment furtive de quelques poissons. Ce n'est pas ce à quoi nous nous attendions en écoutant les belles paroles de John la veille au soir. Nous débutons cette journée en jouant tout de même le jeu, mais sans avoir la moindre touche.

Après quelque temps, je me retrouve sans le vouloir sur une zone beaucoup moins profonde. Les fonds varient de 6 à 10 mètres (profondeur normalement propice à la truite ferox), pour parfois diminuer jusqu'à 2 ou 3 mètres (zone généralement occupée par la truite de taille "standard"). Tout à coup, c'est la touche... pas très violente, mais qui donne rapidement espoir. Brochet ? Truite ? Je vais assez rapidement le savoir et être rassuré (je pêche avec un bas de ligne en fluorocarbone) quand je me rend compte que c'est une truite brune de 33 cm (TLC sur ce lac). Ensuite, mon sondeur tout neuf tombe en panne après environ 30 mn d'utilisation : il ne tient plus la connexion... Cette situation m'embête beaucoup, car à présent je vais devoir pêcher plus ou moins à "l'aveugle" dans des couches d'eau qui vont varier constamment.

Comme je ne connais pas bien les fonds à proximité de cette berge, je m'éloigne à nouveau un peu, pour ne plus avoir la moindre touche pendant un bon moment. Un peu plus tard je retrouve Jean Marc et son fils Nico qui viennent tout juste de piquer une truite sur un haut fond, et aussi d'en décrocher une autre à la barque dans le même secteur. Je leur fait part de ma prise, et de ce que j'ai pu voir sur mon sondeur avant qu'il ne tombe en panne. Puis vient l'heure du casse croûte de midi et le moment de faire le point avec le 3è équipage formé de Denis et Jacques, qui n'ont pas eu une touche de toute la matinée.

       

L'après-midi, je décide d'aller pêcher sur les hauts fonds, dans un secteur où je m'étais déjà aventuré voici quelques années... Bien m'en a pris, car je termine ma journée avec 5 truites qui me démontrent qu'elles sont bien actives. Jean Marc et Nico ne toucheront plus un poisson, pas plus que Denis et Jacques qui par ailleurs, seront bredouilles jusqu'au mardi soir.

       

En ce lundi, 2è jour de pêche, je parviens difficilement à piquer 2 truites avant que le vent vienne perturber notre journée. A midi les deux autres équipages sont bredouilles. Nous prenons notre repas sur une île, puis nous décidons de rentrer à notre hébergement en raison du vent qui s'est intensifié et qui rend la pêche encore plus difficile. John nous expliquera que la truite est vraiment très peu active quand il y a des grosses vagues ; il a aussi peur que nous endommagions ses barques sur ce lac très dangereux.

L'après midi sera consacré à quelques courses à Ballinrobe, puis à un brin de tourisme autour du lac. Ce sera l'occasion de montrer à Jacques, qui vient dans ce secteur pour la première fois, les différents bras du lac dans sa partie inférieure, le canal qui relie le lough Mask au lough Corrib, puis les petites rivières qui constituent des lieux de reproduction pour les truites.

Mardi, 3è jour de pêche et le retour aux "affaires", si je puis dire. Je décide de continuer à pêcher sur les zones de hauts fonds. Nico et Jean Marc font de même, alors que Denis et Jacques poursuivent leurs mésaventures dans les eaux profondes. A partir de ce jour là, nos résultats s'améliorent. En traversant la partie profonde du lac pour rejoindre les hauts fonds, je pique une jolie truite de 60 cm avec un poisson nageur plongeant, ensuite je continue ma journée avec des plus petits leurres sur les endroits peu profonds, pour la terminer avec 13 truites correctes. Nico et Jean Marc qui se sont finalement décidés à adopter la même stratégie que moi, piquent chacun 2 truites. Denis et Jacques accumulent les bredouilles...

       

Nous arrivons déjà au mercredi qui sera également perturbé par le vent. Pour une fois, tout le monde adopte la même stratégie : pêcher avec des petits leurres sur les hauts fonds (où la truite est bien présente), et bien entendu tout le monde pique quelques jolies truites.

Denis et Jacques feront enfin leurs premiers poissons, mais ça ne suffira pas pour que Denis soit satisfait : il veut absolument du gros poisson, et se fiche pas mal de la truite "classique", ou ordinaire si vous préférez.

       

Jeudi, avant dernier jour de pêche. Vu que je suis seul dans la barque pendant ce séjour, et qu'il est tout à fait possible de faire de très nombreuses prises, je décide de me faire plaisir en essayant de sortir un maximum de truites lors de cette belle journée. Au terme de ce jeudi, j'ai 30 truites "communes" mises à la barque. Nico pique 7 truites, dont une jolie 48 cm. Jean Marc se fait plaisir avec 8 truites. De son côté Denis en fait 3, alors que Jacques est à nouveau bredouille.

Vendredi, ultime journée de pêche, Jacques et moi tentons une pêche à la mouche tout au long de la matinée sans le moindre résultat positif. Jean marc et Nico continuent de rechercher la truite sur les hauts fonds avec le peu de leurres (adaptés) qui leur reste, et arrivent tout de même à piquer chacun 2 et 4 truites. Denis quant à lui (tout seul dans une barque ce jour là), décide de traîner du poisson mort sur une monture locale. Au final il sera récompensé par 4 prises, dont une jolie 60 cm.

                       

L'après midi de cette dernière journée sur le lac, Didier (moi) et Jacques se remettent à la pêche aux leurres sur les hauts fonds, pour terminer avec 8 et 10 truites. Les bons leurres (je n'avais pas tout perdu au fond de ce lac très enroché) et la bonne technique ont fait leurs preuves. Ce jour là Jacques a également pu se faire plaisir avec ces belles truites brunes du Mask.

               

Au final, à 5 pêcheurs nous avons sorti 120 truites, dont les deux belles de 60 cm que vous pouvez voir sur ces photos, une de 55 cm, une de 48 cm, cinq de plus de 40 cm, et une multitude de 30+ et 25+.

                                   

Nous n'avons pas touché la moindre ferox, par faute de ne pas l'avoir cherchée suffisamment sans sondeur qui nous aurait permis de traîner dans des couches d'eau vraiment propices à sa présence, mais nous avons appris à mieux connaitre ce lac et les différentes zones où nous tenterons de tirer notre épingle du jeu dans 2 ans, et cette fois avec notre équipe au complet. Pas le moindre brochet non plus, et pour être francs, c'était très bien comme ça vu que nous avons pêché avec des bas de ligne en nylon et fluorocarbone.

 

vers page séjours

 

horizontal rule